Comment protéger votre identité en ligne – même si vous n’en avez pas

Par Justine Fedak, chef – Médias sociaux et commandites, BMO Groupe financier

Que vous soyez actif sur Internet ou pas, votre identité en ligne (ou le fait de ne pas en avoir) peut avoir des répercussions sur votre réputation. Même si nous sommes tous vulnérables à l’usurpation de notre identité en ligne, les particuliers fortunés et leurs familles courent un plus grand risque à cet égard. Pourquoi? Il y a plus d’avantages à usurper l’identité d’une personne influente.

Imaginez ce scénario de vol d’identité

Imaginons que vous êtes le chef de la direction d’une grande banque. Quelqu’un crée un profil LinkedIn en utilisant votre nom. Il télécharge une photo de vous qu’il trouve sur le Web. Par la suite, il envoie des invitations à des personnes influentes dans le monde des finances qui, bien sûr, les acceptent. Pourquoi ne le feraient-elles pas? Après tout, vous avez une excellente réputation.

Vous apprenez rapidement que l’imposteur vous diffame en publiant des propos déplacés sous votre nom. Vous vous retrouvez alors en plein cauchemar médiatique. Vous êtes obligé de vous excuser publiquement pour préserver votre réputation et celle de la banque. Malgré cela, il est peu probable que vous vous en tiriez sans aucune conséquence.

Cette mésaventure est arrivée au chef de la direction d’une grande entreprise du secteur manufacturier, et vous pourriez également être victime d’une telle arnaque.

Justine Fedak suggère de prendre les mesures suivantes :

  1. Vérifiez vos profils sur les médias sociaux. Confirmez l’authenticité de vos profils sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et LinkedIn. Suivez le processus de vérification prévu par chaque plateforme, et un crochet (ou un autre symbole) s’affichera à côté de votre nom de profil afin que les visiteurs sachent qu’il s’agit bel et bien de votre compte.
  2. Créez une alerte Google pour votre nom. Ainsi vous serez informé lorsque votre nom apparaît en ligne. Même s’il peut être pénible de trier les utilisations légitimes de son nom, surtout si l’on est très populaire, vous serez reconnaissant d’avoir reçu l’alerte si quelqu’un se fait passer pour vous, fait des déclarations frauduleuses ou partage vos informations personnelles.
  3. Effectuez une recherche d’images inversée. Glissez une photo de vous-même dans la barre de recherche de Google, lancez la recherche et vous saurez où cette photo (et d’autres photos similaires) apparaît sur Internet. Encore une fois, vous aurez peut-être à trier les résultats, mais si vous trouvez votre visage associé au compte LinkedIn de quelqu’un d’autre, vous serez content de l’avoir fait.
  4. N’oubliez pas de protéger l’identité des membres de votre famille. Les mesures précédentes doivent également être suivies pour vos enfants et votre conjoint, car une utilisation inappropriée ou frauduleuse de leurs profils peut avoir des répercussions sur vous.
  5. La dernière mesure et non la moindre : soyez actif sur Internet. Contrairement à ce que plusieurs pensent, vous cacher la tête dans le sable ne vous protège pas. Si vous n’êtes pas actif sur Internet et que quelqu’un tape votre nom dans un navigateur, votre réputation peut être à la merci de ce que les autres ont à dire sur vous. Pour empêcher qu’un contenu défavorable s’affiche dans les premiers résultats lorsqu’on cherche votre nom, vous devez vous approprier votre présence en ligne.

Comme l’œuvre d’art que vous chérissez, la propriété que vous possédez, l’entreprise que vous avez bâtie et la richesse que vous avez acquise, votre identité numérique est un actif qui devrait être protégé. En plus des mesures ci-dessus, envisagez de parler à votre directeur de compte de BMO au sujet de l’intégration de vos actifs numériques dans votre testament, car votre personnalité en ligne continuera à exister même après votre décès.